Vendeuses-garage-Petersen-Dakar

Petersen est un garage en même temps un marché, voitures et commerçants s’y côtoient comme tous les garages du pays. On retrouve les commerçants entre les voitures, à l’entrée du garage et autour du rond point.

Au Sénégal, la nourriture dans la rue est pratiquement exposée au vent. Certains vendeurs restent à côté des pots d’échappement, de la mauvaise odeur, des poubelles, de la poussière… peu importe, il faut simplement réussir à vendre.

À Petersen, les vendeurs restent toute la journée à côté des cars “diaga ndiaye” entre la poussière et les pots d’échappement. Les beignets, les pastels, les jus locaux en sachet… sont à moitié protégés par un film plastique ou un torchon. Des milliers de gens achètent cette nourriture chaque jour. Des conserves, des pâtes alimentaires tout un tas de produits sont vendus. Nombre de clients se soucient peu des dates de péremptions car le prix des produit est moins cher.

On s’inquiète peu de ce que l’on consomme. Il y a même un adage qu’on aime dire “microbe ne connaît pas africain”. Mais cela excuse-t-il tout ?
Les autorités sanitaires ne rentrent pas dans ses marchés car pour eux cela reviendrait à interdire toutes ventes. Ce n’est pas d’empêcher les vendeurs de vendre mais faire respecter les normes sanitaires.

Pendant les vacances scolaires, j’ai aidé ma tante à vendre des beignets. Nous protégions ce que nous vendions dans un bol hermétique, la place de vente était toujours propre. Si nous avions des restes, faute de ne pas le manger, le reste était donné à mes amis ou mis à la poubelle.

Vendre de la nourriture ne veut pas dire le vendre en ignorant tous les codes d’hygiène mais c’est protéger la santé des gens.